Partager :

Le palmarès 2021 des GPGA de L'Agefi

France
Le 25/11/21 à 07h10

par

Réjane Reibaud

La 22e édition des Grands prix de la Gestion d'Actifs (GPGA), établie par L'Agefi en partenariat avec Six Financial Information, a consacré jeudi soir comme chaque année les meilleurs fonds. Six Financial Information étudie leur génération d'alpha et sa stabilité sur trois ans à fin juin 2021.

Les gagnants par catégorie sont:

GPGA 2021

Pour cette édition 2021, 2.831 fonds sont éligibles sur les 13 catégories primées, contre 2.544 l’an dernier, soit une évolution de 287 fonds supplémentaires. Seuls les fonds notés 4 ou 5 étoiles EuroPerformance sont retenus sur une population totale de plus de 27.400 fonds. En définitive, 2.643 fonds ont obtenu un alpha positif, soit une augmentation de 189 fonds. L’alpha positif a souffert un peu plus sur cette édition avec des conditions économiques instables, mais s’établit à 5,75 %, en baisse de 30 points de base (pb). La population éligible et les fonds ayant généré un alpha positif montrent un écart d’alpha moyen se creuser, avec 5,29 % contre 5,75 % respectivement, soit 46 pb contre 26 l’an dernier.

Les Actions internationales, Europe et les Diversifiés internationaux conservent cette année encore les contingents de fonds les plus importants en alpha positif. Un tiers des lauréats de l’an passé se maintient au palmarès et deux fonds persévèrent en tête de leur catégorie en Actions Asie hors Japon et Actions Amérique du Nord. Cela montre donc une concurrence importante et une dynamique de la gestion active qui se confirme. Cinq catégories voient leur palmarès totalement renouvelés (Actions Europe, Actions France, Diversifiés Europe, Diversifiés internationaux et Obligations internationales). Quant aux fonds récemment entrés dans le classement avec un historique de 3 ans révolus à fin juin, ils sont peu nombreux à se hisser dans le palmarès. Néanmoins, l’un d’entre eux truste directement la première place de sa catégorie Diversifiés Europe.

Les alpha positifs, bien qu’en baisse de manière générale, sauf pour les Obligations Europe, les Actions Japon, les Diversifiés Europe et internationaux, restent à des niveaux élevés avec toujours les Actions Amérique du Nord qui caracolent en tête à 11,41 % d’alpha positif moyen. Les incertitudes économiques entourant la fin de la pandémie, ainsi que les diverses disparités de reprise en fonction des continents et des pays se reflètent principalement sur les pays émergents et la plus forte baisse des alpha positifs dégagés dans l’étude. A contrario, l’augmentation du nombre de fonds éligibles de plus de 7 % et avec un excess return est un signe de réactivité des gérants montrant une résilience face aux aléas de ces deux dernières années notamment.

Plus belles progressions

Les plus belles progressions sont à mettre à l’actif des Obligations Europe avec un alpha positif moyen de 1,34 %, soit une augmentation de 24 pb, et les Diversifiés Europe avec 3,55 % d’alpha positif moyen, en progression de 48 pb. Ces deux catégories dynamiques présentes sur la même zone géographique montrent un accroissement du nombre de fonds de 32,76 % pour la dernière catégorie citée. Les Diversifiés internationaux ne sont pas en reste avec une légère progression de 10 pb tout de même, ce qui leur permet d’atteindre un alpha positif moyen de 4,55 %. Les Actions Japon, quant à elles, représentent la dernière catégorie connaissant une progression dans ce classement, avec un alpha positif moyen de 5,95 % soit une progression de 13 pb et une augmentation de 35 % du nombre de fonds. Les Actions Asie hors Japon ne bénéficient pas de cet engouement et enregistrent la plus forte baisse d’alpha moyen positif, en se stabilisant tout de même à 5,11 % contre 7,54 % l’an dernier.

Le podium des catégories générant le plus d’alpha positif moyen est quasiment semblable à l’an dernier avec les Actions Amérique du Nord (11,41%), suivi des Actions internationales (8,49 %) et des Actions Europe (7,56%). Les fonds Actions France perdent de leur élan et leur alpha positif moyen diminue à 4,56 %, contre 5,83 % précédemment. Les catégories émergentes sont les plus touchées par les difficultés économiques et cela se ressent significativement dans les résultats des diverses catégories. Les Actions émergentes passent de 8,21 % à 5,74 % d’alpha positif moyen, et les Obligations émergentes perdent 105 pb pour s’établir à 5,14 %. Les catégories restantes se stabilisent comme les Actions Europe, dont l’alpha baisse de 30 pb pour atteindre un alpha moyen positif flatteur de 7,56 %, et les Actions internationales qui diminuent de 93 pb tout en gardant un alpha moyen positif élevé de 8,49 %. Les Actions Amérique du Nord gardent l’alpha positif le plus élevé avec 11,41 %, certes en diminution par rapport au chiffre de l’an dernier exceptionnellement élevé de 14,30 %.

Néanmoins, la performance reste notablement éloquente. Les Obligations haut rendement perdent 40 pb et délivrent un alpha positif moyen de 2,76 %. En revanche, les Obligations internationales se stabilisent à 2,33 %, après avoir diminué de 44 pb par rapport au palmarès de l’an dernier.Cette nouvelle édition met encore en lumière la capacité de la gestion active à maintenir des alpha élevés dans un contexte très chaotique. L’excess return demeure excellent globalement, les gestions actions se démarquent toujours par des rendements élevés et les obligations ne sont pas en reste avec la montée de l’inflation, le frémissement de rendements de taux plus élevés, notamment sur les marchés moins traditionnels et forcément plus exposés. Cela se traduit par une augmentation du nombre de fonds dans quasiment toutes les catégories, preuve d’un dynamisme perpétuel dans la gestion d’actifs.

Image retirée.

Déjà abonné