Portrait

Quentin Nansot : la finance au galop

France
Le 02/07/19 à 07h25

par

Jérémie Gatignol

Quentin Nansot, ancien directeur d'Adequity France et actuel responsable de la clientèle CGP de Marigny Capital, est aussi à l'aise avec les produits structurés que pieds à l'étrier.
Quentin Nansot - Marigny Capital

Au numéro 9 de la rue de la Paix, deux bijouteries encadrent une porte vitrée automatique qui donne sur un escalier escarpé. Trois étages plus haut, Quentin Nansot nous ouvre. Costume gris, sourire retenu et tutoiement. Le responsable de la clientèle CGP de Marigny Capital, sait faire tomber les barrières. Ce fils d’agriculteur de Roissy (Val-d’Oise) est à l’aise partout, avec tous. Ce mercredi, la salle de réunion est prise, « Installons-nous là ». Nous voici assis dans des fauteuils à l’entrée.

Depuis quelques mois, il a renoué avec la clientèle des conseillers financiers indépendants qu’il avait bien connu chez Adequity entre 2007 et 2016. Cette année-là, il avait quitté la filiale de la Société Générale. Un peu d’usure et beaucoup de projets. Un an plus tôt en effet, il s'est lancé dans un BTS agricole spécialisé dans l’aide et la conduite des systèmes d’exploitation. Son but était de reprendre l’activité familiale. 

Après Adequity, il finalise ce BTS tout en s’occupant avec son père de sa pension pour chevaux créée 30 ans plus tôt. Et comme il n’aime pas la simplicité, il crée une startup. Emballé par l’essor des fintech, il lance avec sa femme Many for Money (devenu depuis M for Money), une plateforme d’achats groupés de placements financiers. La société ne parviendra jamais à décoller. « Je n’ai pas assez bien mesuré les spécificités du marché internet et les barrières à l’entrée », reconnait-il. L’expérience lui aura montré les difficultés liées à l’ouverture d’une société. Aujourd’hui, M for Money a recentré son activité sur le conseil en gestion de patrimoine. La société est co-gérée par sa femme Charlotte Nansot Roblin, également courtière en assurances.  

Sans peur des obstacles

Mais revenons aux chevaux.  Pour comprendre Quentin Nansot c’est bien à la race des équidés qu’il faut s’atteler. Chez les Nansot, cette passion est une affaire de famille. Le père est un féru d’attelage. Quentin a lui opté pour le saut d’obstacle. La compétition s’est présentée à lui très jeune et continue de le faire vibrer. De mars à décembre, il participe à un ou deux concours par mois. « J’ai un bon niveau amateur », précise-t-il. Pour les spécialistes, il saute à 1m25/30. Son épouse, qu’il a rencontré à l’entrainement, saute à 1m35. 

saut
En plein concours de saut d'obstacle à Fontainebleau en 2017

Mais attention, la compétition doit avoir un sens pour Quentin. Pas question de rechercher la performance à tout prix . « Ce qui est exceptionnel c’est la relation avec l’animal. On développe une complicité et une symbiose pour atteindre un objectif commun, sans jamais tout maîtriser. Cette relation prend le pas sur les résultats, c’est elle qui compte le plus », insiste-t-il. C’est l'appréciation de cette relation si spéciale qu’il espère transmettre à son tour. Son fils Basile, âgé de 3 ans et demi, monte déjà des poneys. « Il est encore trop tôt pour savoir si ça le passionnera vraiment, mais je suis déjà très fier de lui », souffle le responsable de la clientèle CGP de Marigny Capital. 

Sa passion pour les chevaux n’a cependant pas suffi à compenser la dureté du métier. Quentin Nansot s’est rapidement rendu compte qu’officer à plein temps dans le monde agricole ne serait pas une option.  « C’était un doux rêve et la réalité a vite repris ses droits », résume-t-il.  

Un désir d'indépendance

Après l’expérience mitigée de M for Money, il retourne à ses premiers amours financiers en tant que commercial. « J’ai toujours apprécié le challenge commercial, je ne suis pas un gérant et je n’ai jamais voulu en être un », précise-t-il. En septembre 2018, il rejoint Marigny Capital, une société au profil plus entrepreneurial qu’Adequity. Quelques mois plus tard, il ne regrette pas ce choix. Chez Marigny Capital, il a trouvé un état d’esprit qui lui correspond. Un état d’esprit qui colle avec sa spécialisation en entrepreneuriat réalisée à l’Edhec. « Chez Adequity nous n’avions pas la même liberté dans nos préconisations. Nous devions vendre les produits de la maison mère (Société Générale, ndlr). En retournant dans ce milieu je voulais avoir cette indépendance de choix. »

Il ne renie pas pour autant l’expérience structurante d’Adequity. Arrivé fraichement diplômé en 2007, il y a gravi les échelons pendant près de 10 ans. De simple commercial il a terminé responsable de la clientèle CGPI. « J’ai fait mes armes au sein d’une petite équipe qui était très soudée. J’ai été marqué par ma rencontre avec Antoine Delon qui avait créé et développé l’activité », se souvient-il.  

Quentin Nansot n’oublie pas l’exploitation familiale pour autant et compte bien finir par la reprendre, mais pas à plein temps. Il lui faudra alors s’entourer de personnes de confiance pour conjuguer l’ensemble de ses activités.  

Testez gratuitement NewsManagers pendant 4 semaines !

Suivez l’actualité de l’asset management en temps réel et recevez notre newsletter quotidienne dès 8h30